1921137_744413108958349_6618705843050283483_o

   

Depuis le 1er novembre 2014, notre équipe Lynchland organise des événements cinématographiques liés au monde artistique de David Lynch. Vous trouverez ci-dessous le détail des journées Lynchland que nous avons mises en place au cinéma Les Montreurs d'Images à Agen. Notre Lynchland Team est désormais totalement ouverte à la possibilité d'organiser ce type d'événements dans le Sud-Ouest ou ailleurs, en rééditant un des opus précédemment organisés ou en oeuvrant à la création "clé en main" d'un événement inédit, afin d'exporter nos connaissances et notre passion. Que vous soyez exploitant de salles ou  simple spectateur désireux d'alerter une salle art-et-essai sur cette possibilité, n'hésitez pas à prendre contact avec nous sur notre page FaceBook Lynchland. Nous travaillons en liaison directe avec les assistants de David Lynch et sommes donc en mesure de créer des programmes ambitieux et originaux par leur contenu.

 


 

 

LYNCHLAND #5 ~ DAVID LYNCH & INTERNET

(20 février 2016)

Cliquez sur l'affiche ci-dessous pour accéder à l'ensemble du programme de cette édition.

sans-titre - Copie

Affiche créée par Dr. Papier

 


LYNCHLAND #4 ~ DAVID LYNCH & ANGELO BADALAMENTI

(7 novembre 2015)

Lynchland #4

   Affiche créée par Dr. Papier

Le son et la musique occupent une place primordiale dans le cinéma de David Lynch depuis ses premiers courts-métrages. C'est durant le tournage de "Blue Velvet" en 1987, alors qu'il recherchait simplement un coach pour aider Isabella Rossellini à interpréter la chanson-titre, que le réalisateur américain a rencontré celui qui allait devenir son alter ego musical, le compositeur Angelo Badalamenti, qui n'a cessé depuis d'accompagner musicalement son oeuvre. A l'instar des "couples" mythiques formés par Alfred Hitchcock et Bernard Herrmann, Sergio Leone et Ennio Morricone ou encore Steven Spielberg et John Williams, David Lynch et Angelo Badalamenti sont aujourd'hui indissociables. Lynchland #4 a pour ambition de mettre en avant quelques-uns des moments phares de leur collaboration fructueuse.

17h30 : Industrial Symphony No.1 (1989 / 50')

"Industrial Symphony No.1 - The Dream of the Broken Hearted" est la captation d'un spectacle musical mis en scène par David Lynch et "mis en musique" par Angelo Badalamenti à la Brooklyn Academy of Music de New-York le 10 novembre 1989, quelques mois seulement avant la première diffusion américaine de "Twin Peaks" et la Palme d'Or remportée à Cannes pour "Sailor et Lula". Ce n'est donc pas un hasard si l'atmosphère de "Twin Peaks" se diffuse largement dans ce spectacle où l'on retrouve des chansons que la série allait rendre célèbres, spectacle précédé d'un prologue cinématographique qui lui donne son titre et où réapparaissent les protagonistes de "Sailor et Lula". Une oeuvre musicale hybride teintée d'onirisme et d'un romantisme sombre, une "symphonie industrielle" contant le rêve d'une femme au coeur brisé.

Spectacle complété par des clips et autres "vignettes musicales" illustrant la collaboration Lynch / Badalamenti. 

21h : Récital Twin Peaks par Nicolas Horvath (durée indicative : 1h30)

Spécialiste de Philip Glass, Franz Liszt et Erik Satie, le pianiste Nicolas Horvath éprouve également une affection particulière pour les compositions d'Angelo Badalamenti. Il interprète quelques-uns de ses morceaux fétiches, notamment la plupart des thèmes de "Twin Peaks".

 


LYNCHLAND #3 ~ HARRY DEAN STANTON FESTIVAL + EXPOSITION BOUNDLESS SEA

(27 juin 2015)

aff_lynchland3

 

Harry Dean Stanton, 90 ans depuis le 14 juillet 2016, est l'un des acteurs américains les plus prolifiques, dans la grande tradition US des seconds rôles qui habitent nos écrans depuis tant d'années. Il a joué dans plus de 200 films, parmi lesquels "La conquête de l'Ouest" de John Ford, Henry Hathaway et George Marshall, "Pat Garrett et Billy le Kid" de Sam Peckinpah, "Le Parrain II" de Francis Ford Coppola, "Alien" de Ridley Scott, "New York 1997" de John Carpenter, "La dernière tentation du Christ" de Martin Scorsese, ou encore "Paris, Texas" de Wim Wenders, qui constitue sans doute à ce jour son rôle le plus célèbre.

Harry Dean Stanton est également un des compagnons de route fidèle de David Lynch, un de ces acteurs que le réalisateur américain aime à retrouver régulièrement. Leurs chemins se sont jusqu'à présent croisés à six reprises (et plus : ils ont tourné ensemble en tant que comédiens dans le film "Lucky" durant l'été 2016 et Harry Dean fait également partie de la distribution de la nouvelle saison de "Twin Peaks"). Ce sont quelques-unes de ces rencontres que retrace "Lynchland #3", "mini Festival" qui fait pendant au Festival HDS officiel qui se tient à Lexington, ville natale de l'acteur, à la mi-mai.


Le programme complet de cette journée spéciale Harry Dean Stanton :

15h : Le Cowboy et le Frenchman & Hotel Room - Tricks, en partenariat avec la David Lynch Fondation France, dans des versions sous-titrées réalisées par nos soins. Autrement dit, en exclusivité ! "Le Cowboy et le Frenchman" (1988 / 26') marque la première collaboration de David Lynch avec Harry Dean Stanton. Ce dernier y interprète Slim, caricature de cowboy qui capture une parodie de Français (béret, escargots et baguette à l'appui !), et tous deux vont tenter de nouer le dialogue, malgré tous les clichés qui les séparent. "Hotel Room - Tricks" (1993 / 31'), issu d'une mini-série composée de trois épisodes, Harry Dean Stanton incarne John Moe, petit truand embringué dans une variante de film noir qui finira par le dépasser totalement.

17h30 : Harry Dean Stanton : Partly Fiction, documentaire de Sophie Huber présenté pour la première fois en France, "clé de voûte" de Lynchland #3. Ce documentaire est intégralement consacré à la carrière de comédien d'Harry Dean Stanton, mais revient aussi sur ses talents de chanteur et dresse le portrait attachant d'un iconoclaste à travers les regards croisés de Wim Wenders, Sam Shepard ou encore, bien sûr, David Lynch lui-même.

20h30 : Sailor et Lula / Wild at Heart, à l'occasion du 25e anniversaire de la Palme d'Or remise à Cannes par Bernardo Bertolucci à David Lynch en mai 1990. Harry Dean Stanton y tient le rôle secondaire mais marquant de Johnnie Farragut, détective privé bonne pâte à la solde et la botte de Marietta Pace, la Cruella mère de Lula qui l'a engagé, au milieu d'une foule d'autres malfrats et dégénérés, pour mettre un terme à l'histoire d'amour que sa fille vit avec Sailor Ripley. Mettre l'interprétation d'Harry Dean Stanton en évidence permet d'éclairer sous un nouveau jour un des aspects du film. Cette projection ultime fut complétée par une sélection de scènes coupées du film dans lesquelles apparaît Harry Dean.

  

10836164_10153113920271461_1790242118_n

 

Durant toute la journée, outre nos traditionnels donuts, la dégustation de notre café estampillé David Lynch, ou des sandwiches spéciaux, les spectateurs ont également pu écouter une playlist élaborée par nos soins pour rendre hommage à Harry Dean, à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le visuel ci-dessus.

Notons enfin, et c'est l'un des "titres de gloire" de Lynchland, que Harry Dean Stanton a enregistré une petite vidéo de bienvenue à destination de nos spectateurs, qui peut être visionnée ici :

 

 

Parallèlement à la journée LYNCHLAND #3 - HARRY DEAN STANTON FESTIVAL, se tenait au cinéma Montreurs d'Images l'exposition de "The Boundless Sea", une série de 12 assiettes réalisées par David Lynch à la demande du faïencier Bernardaud, à l'occasion de la célébration des 150 ans de la célèbre entreprise de porcelaine de Limoges. Cette exposition, exclusive sur Agen, était accompagnée par la diffusion d'un reportage de 3' consacré à cette aventure artistique atypique du réalisateur américain.

   

Boundless Lynch 3

 


 

 

LYNCHLAND #2 ~ LYNCHLAND EMPIRE

(21 mars 2015)

Lynchland #2

Affichée créée par Docteur Papier

Lynchland #2 est la "version intégrale" de Lynchland Empire, l'intervention de Roland K. / Lynchland à Bordeaux le 6 décembre 2014 durant le Colloque consacré à David Lynch, d'une durée approximative de 3h.

David Lynch n'est pas simplement l'un des plus importants cinéastes actuels, c'est aussi un artiste éclectique et polyvalent : peinture, lithographie, design, vidéo clip, musique, photographie, etc., il s'adonne régulièrement à la pratique de tous ces champs artistiques. "Lynchland Empire" met en lumière, en photos, en vidéos, en sons, cet "autre Lynch" méconnu du grand public, à travers une "conférence" agrémentée de projections, d'extraits et autres petites pépites lynchiennes récoltées depuis 2013 : tableaux, clips et quantité de photos.


 

LYNCHLAND #1 ~ BLUE VELVET

(1er novembre 2014)

Lynchland # 1 BV

   

La première édition des événements Lynchland s'est axée autour de la projection de deux longs-métrages :

15h : La vie rêvée de David L., faux biopic qui s’inspire d’un moment clé de la vie du réalisateur David Lynch : la période où il était étudiant en école d’art. Ses réalisateurs, Paul Lê et Julien Pichard, ainsi que Sylvain Urban, interprète du rôle-titre, étaient présents lors de la projection et ont pu discuter avec le public à l'issue de la séance.

17h30 : No Frank in Lumberton, documentaire expérimental de 60' réalisé par Peter Braatz lorsqu'il se trouvait sur le tournage de "Blue Velvet". Il s'agit d'un documentaire rare, voire inédit dans les salles françaises. Peter Braatz a depuis travaillé sur un second long métrage documentaire sur "Blue Velvet" : "Blue Velvet Revisited".

20h : Blue Velvet de David Lynch, ressorti en copie numérique flambant neuve, restaurée quelques semaines auparavant, projection agrémentée de quelques surprises lynchiennes.

Tout au long de la journée, comme ce fut ensuite le cas dans toutes les éditions suivantes, ont été proposés à la dégustation des donuts ainsi que le "Signature Cup Coffee" estampillé par David Lynch et offert à Lynchland par un sponsor américain, "Java Distribution".

Un article de presse relatant cet opus Lynchland #1 : 

“Il est victime du virus David Lynch”

 

Lynchland #1 by Jeremy Programme